Jeux olympiques en crise

 

rio

La 121ème session des jeux olympiques a été organisée cette année au Brésil, à Rio de Janeiro du 5 au 21 août 2016. 28 disciplines sportives ont été mises au programme avec plus de 11 000 athlètes venant de 204  comités nationaux olympiques. Choisi par ce dernier en 2009 pour héberger ces compétitions internationales, le Brésil a toutefois connu, depuis, de graves crises politiques et socio-économiques. Cela s’est confirmé avec l’absence de plusieurs chefs d’État lors de la cérémonie d’ouverture au stade de Maracana.

 

Extinction brève de la torche olympique

 

Les faits ont parlé et ont confirmé cette crise par le biais de l’absence de fraternité pour cette session des JO. En effet, les Brésiliens étaient occupés à manifester pour la fin du gouvernement en exercice. Rio, Sao Paulo, Recife, Salvador et Belo Horizonte ont été le théâtre de ce rassemblement dont l’objectif était de destituer donc  Mme Rousseff. De ce fait, la torche olympique a été même éteinte pendant quelques instants. Cela s’est passé le 27 juillet, dans la station balnéaire Angra dos Reis quand les manifestants et les policiers se sont affrontés.

De par cette ingérence, les constructions concernant le village olympique ont connu des retards et des malfaçons. Cela se confirme avec l’observation de la délégation australienne touchant les toilettes, les murs et les déchets flottant dans la baie de Guanabara.

 

Désintéressement des brésiliens pour ces JO

 

Un sondage réalisé les 13 et 14 juillet ont confirmé que les brésiliens ne s’intéressaient pas à ces JO de 2016. Effectivement, 50 % s’y opposent, 51 % affirme n’en avoir aucun intérêt et 63 % disent que les inconvénients seront plus que les bénéfices. La banque Goldman Sachs le confirme via ses calculs et des économistes estiment que l’investissement du pays pour la préparation de ces jeux s’élève à plus de 10 milliards de dollars ou 9 milliards d’euros pour la stimulation de l’économie. Même si le Brésil est l’hôte, certaines personnes jugent que ces JO ne seront pas un tremplin économique pour le pays. Le fait est que les athlètes brésiliens ne seront pas concentrés avec les crises économique et politique qui y règnent.