Faut-il apprendre par coeur ?

 

 

Que doit-on apprendre et comment l’apprendre ?

 

Apprendre par cœur est une stratégie souvent adoptée par les lycéens. Elle n’est pas toujours la plus efficace. Certes, vous aurez par exemple des dates en histoire, du vocabulaire en langues, et des théorèmes en math à apprendre par cœur, mais cela ne représente finalement qu’une petite partie du cours et de votre travail à la maison. L’expérience montre que ceux qui savent le cours par cœur ne sont pas toujours ceux qui réussissent le mieux, cela peut même être parfois désavantageux car ils ont du mal à faire des exercices ou à répondre à des questions qui ne reprennent pas explicitement des points abordés en classe. Apprendre par cœur représente donc souvent un gaspillage d’énergie et de temps. On peut donc souvent avoir recours à d’autres façons d’apprendre, qui offrent l’avantage de vous permettre de contrôler votre propre compréhension du cours :

bien sûr, vous devez d’abord relire attentivement vos notes.
Ne vous contentez pas de lire machinalement, mais demandez-vous si vous comprenez chaque paragraphe, en le reformulant éventuellement avec vos propres mots.

“Racontez-vous” la leçon
Lorsque vous avez lu la leçon entière, fermez votre classeur ou cahier et “racontez-vous” la leçon. Parcourez-la ensuite à nouveau pour vous assurer que vous n’avez rien oublié d’essentiel.

Soyez actif !
Demandez-vous pourquoi le prof a abordé les différents points de la leçon dans cet ordre, quel est le but de la leçon, quels sont les liens avec les leçons précédentes. Si vous ne le savez pas, n’oubliez pas de le lui demander au début ou à la fin du prochain cours.

Ne vous contentez pas de relire les réponses des exercices faits en classe.
Relisez d’abord les questions, répondez-y mentalement et ne relisez qu’à ce moment les réponses. Cela peut vous sembler plus long à première vue, mais de cette façon vous n’aurez qu’à revoir une ou deux fois les exercices pour les assimiler, alors qu’il faudra relire un grand nombre de fois les réponses seules pour les retenir, souvent sans même les avoir comprises.

Lisez le manuel
Si vous en avez assez de relire vos notes, variez en lisant le manuel. La présentation sera sûrement un peu différente de celle de votre prof, et cela vous aidera à comprendre et à retenir. Si c’est possible, faites un ou deux exercices du manuel.

Si nous avons tendance à apprendre par cœur, c’est parce que contrairement aux apparences, l’apprentissage par cœur demande moins d’efforts, car il fait appel à la mémoire seulement et non à la réflexion. Peut-être la méthode qui vous est proposée vous semblera fastidieuse au début, mais rapidement elle rendra l’apprentissage plus attrayant, plus facile et plus efficace.

Travailler à la maison

 

 

La semaine de travail du lycéen est lourde (une trentaine d’heures de cours chaque semaine en seconde, quelques heures en moins en première et en terminale). Il faut y ajouter le travail personnel à la maison. Si jusqu’au collège l’essentiel du travail se fait en classe, à partir du lycée on ne peut plus réussir sans un travail personnel régulier. Trop de nouveaux lycéens en prennent conscience trop tardivement.

Rassurez-vous ! Il ne s’agit pas de passer vos fins d’après-midi, soirées et week-ends penchés sur vos classeurs et livres, une organisation du travail efficace vous permettra de concilier études au lycée, ami(e)s et loisirs. Voici quelques pistes qui vous feront gagner du temps :

Dosez bien votre travail entre les différentes matières :

en seconde, elles sont nombreuses et toutes importantes, réservez du temps à chacune en accordant une attention particulière à celles qui seront déterminantes pour la filière que vous aurez choisie.

en première, vous aurez certes à accentuer vos efforts sur les matières les plus importantes de votre filière, mais n’abandonnez pas totalement les autres, et surtout n’oubliez pas le français, dont l’épreuve au bac a lieu à la fin de cette année de première.

en terminale, tâchez de combler vos lacunes et d’entretenir vos points forts parmi les matières fortement coefficientées dans votre filière.

Quelque soit votre niveau, ne dressez pas de cloisons trop étanches entre les connaissances acquises dans différentes matières. Les Travaux Pratiques Encadrés vous obligeront à le faire, mais il est souvent utile par ailleurs de se rappeler ce qu’on a dit sur un thème dans une discipline pour s’en resservir dans une autre. Par exemple, vous aurez à réfléchir sur le progrès technique en philosophie, vous verrez quel rôle il a joué dans l’histoire et vous en étudierez les mécanismes en SES si vous choisissez cette option en seconde ou suivez la filière ES : sachez établir des ” ponts ” entre ces différentes approches. Ces ” ponts ” concernent aussi des méthodes de travail : ainsi en français, vous apprenez à construire un texte argumentatif, ceci vous servira bien sûr en français mais aussi en langues vivantes, Histoire-géo, philosophie, bref, toutes les matières, même les sciences, dès qu’il vous est demandé de rédiger une réponse.

Si possible, planifiez votre travail quelques jours à l’avance.

Repérer dès le début de la semaine le contrôle de math du jeudi, celui d’Histoire-géo le vendredi et le devoir à la maison à rendre le samedi vous permettra d’organiser votre travail en conséquence et de ne pas trop écourter vos nuits à la fin de la semaine.

VELOUTÉ DE CHOU-FLEUR À LA CARDAMOME

 

 

Il convient de profiter de la saison du chou-fleur pendant qu’il est encore temps. Ce légume est disponible sur tous les étalages et est convoité pour les diverses vertus qu’il apporte à l’organisme. En vinaigrette ou en sauce, il offre un large choix de préparations délicieuses.

pozafr

 

Les vertus du chou-fleur

 

Tout droit venu du Proche-Orient, le chou-fleur peut être mangé cru ou cuit. Pour ceux qui font un régime, il est peu calorique sauf si on l’insère dans un gratin à la béchamel. C’est un légume riche en fibres, en minéraux et en vitamines, dont la vitamine C, ce qui fait de lui un légume préservant la santé au quotidien. On peut préparer plusieurs recettes à partir de cet ingrédient. En faisant attention aux apports caloriques, on peut notamment l’associer à la cardamome pour une touche d’originalité.

 

 

Ingrédients et préparation

 

La préparation du velouté de chou-fleur à la cardamome se fait en 10 minutes pour un temps de cuisson de 15 minutes. La première étape de cette recette pour 4 personnes requiert la moitié d’un chou-fleur, 2 pommes de terre de taille moyenne, la partie blanche d’un poireau, 10 capsules de cardamomes, une demi-cuillerée à café de gingembre moulu, 20 cl de crème liquide, 1 l de bouillon de légumes, 2 cuillerées à soupe d’huile, du sel et du poivre gris moulu. Pour cette préparation, vous aurez besoin d’une grande casserole.

Vous y ferez chauffer l’huile et y jetterez ensuite le poireau sans coloration, suivi par le gingembre moulu. Pendant que la préparation prend de la couleur, profitez-en pour moudre les capsules de cardamome au mortier. Seul l’intérieur sera récupéré. Versez ensuite la cardamome dans la casserole avec le poireau et laissez le tout mijoter pendant environ une minute tout en remuez à l’aide d’une spatule en bois ou d’une cuillère. Versez petit à petit le bouillon pendant que la cuisson bout. Jetez les fleurettes de chou-fleur et les pommes de terres en cubes dans le mélange et laissez cuire pendant 15 minutes. Retirez la préparation du feu et laissez refroidir quelques instants. Mixez la crème à l’aide d’un mixeur plongeant.